«

»

déc 02

«Qu’est-ce qu’une œuvre d’art aujourd’hui ?» : présentation du problème.

«Qu’est-ce qu’une œuvre d’art aujourd’hui ?» Réflexions à partir d’une visite du Consortium de Dijon.

1 Présentation de la problématique avec l’œuvre n°1 : « Je reviens dans un instant » :

1.1 Présentation de l’œuvre.

Il s’agit d’un petit écriteau accroché derrière le comptoir de réception. Sur cet écriteau, il est possible de lire « Je reviens dans un instant ». Au premier coup d’oeil, rien ne nous dit que ce petit écriteau est une œuvre exposée par le Consortium. En réalité, en regardant les cartels affichés sur un autre mur il est possible de lire :

« Lily Van der Stokker « Je reviens dans un instant » , 1998 »

1.2 le consortium est-il un lieu magique ?

Habituellement, on ne s’arrête pas sur un écriteau car il a un sens qu’on comprend immédiatement et l’écriteau semble se réduire à cette signification, à ce message qui est passé aux personnes en train d’attendre. Rien dans l’écriteau ne nous fait penser au fait qu’il puisse être une œuvre d’art. Et pourtant… Curiosité donc que cet écriteau qui est placé de manière à ce qu’il semble utilitaire mais qui en même temps nous est donné comme œuvre d’art par le carton indicatif. Le Consortium est-il un lieu magique du fait qu’il transforme un simple écriteau en œuvre d’art ? Faut-il alors prendre au sérieux cette affirmation selon laquelle cet écriteau serait une œuvre d’art ? Dans ce cas, tout ne peut-il pas être une œuvre d’art et n’a t-on pas affaire à une mascarade gigantesque (de plusieurs milliers de mètres carrés…) ? Il y a alors deux attitudes possibles :

  • –  Considérer qu’on se moque de nous, qu’on nous vole de l’argent et du temps et que l’art contemporain, en faisant de n’importe quoi une œuvre d’art, devient alors de « l’art comptant pour rien » c’est-à-dire une vaste fumisterie bonne tout au plus pour quelques ”bobos” en mal de culture à étaler en soirée mondaine.
  • –  Appliquer un principe de charité qui vise à accepter (au moins de manière temporaire) l’idée qu’il y a quelque chose d’intéressant à voir et qui ne saute pas aux yeux immédiatement. C’est sur ce principe de charité que nous souhaitons faire fond afin de donner une chance aux objets présents de nous dévoiler en partie ce que prétendent être des œuvres d’art aujourd’hui.

Quelle différence entre l’artiste qui pose cet écriteau « Je reviens dans un instant » et la personne de l’accueil qui fait de même? Le salaire… Peut-être… La renommée… Probable… L’intention ? La personne de l’accueil qui mettrait un tel écriteau le ferait pour nous prévenir que son absence n’est que temporaire et pour nous inviter à l’attendre patiemment. Nous comprenons alors le message, retenons son contenu et nous attendons son retour. Mais lorsque l’artiste fait de même, ce n’est pas dans le but utilitaire de nous faire patienter quelques minutes. Il est toujours difficile d’imaginer l’intention de l’artiste (s’il y en a une… Ce qui n’est pas nécessairement le cas…). Cependant, dans ce cas très particulier d’un écriteau positionné comme le serait un ”véritable” écriteau, n’est-ce pas évidemment pour nous inciter à la confusion? Mais si la volonté de semer la confusion chez le spectateur est fortement probable, par quoi est-elle motivée ? L’artiste cherche t-il à se moquer de nous et à pratiquer ainsi une certaine forme d’autodérision qui ridiculiserait son propre travail ? C’est possible… De nombreux artistes sont facétieux et critiques vis-à-vis de leur activité. Mais il y a une possibilité plus sérieuse : l’artiste rechercherait notre réaction de quasi révolte contre sa production (car il ne peut pas ne pas être conscient des réactions qui seront suscitées) pour nous inciter à questionner le statut de l’œuvre d’art aujourd’hui. Alors que le public vient toujours avec des idées préconçues et souvent inconscientes sur ce que doit être une œuvre d’art, l’artiste chercherait à dessiller les yeux du spectateur pour qu’il remette en question ses attentes. En travaillant sur l’affect et l’expérience esthétique spontanée de la confrontation à l’écriteau « je reviens dans un instant », l’artiste pourrait bien chercher à nous faire violence par des moyens dont le discours habituel ne serait peut-être pas capable. La question devient alors : « l’artiste a t-il réussi son coup ? ; le spectateur s’est-il questionné davantage sur le statut de l’œuvre d’art contemporaine et sur les préjugés de ses attentes habituelles?; le spectateur est-il au moins interpellé ? ; ou n’est-il finalement que conforté dans son attitude de révolte face à l’art contemporain ? »

Cependant, peut-être que notre principe de charité nous a amené trop loin et nous a fait échouer sur certains écueils de l’interprétation. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons plus esquiver ce problème : « qu’est-ce qu’une œuvre d’art aujourd’hui ? »

2 comments

  1. Alix

    J’ai croisé un artiste auquel je livrais les réflexions que m’inspirait une de ses toiles…………il m’a répondu….merci ..vous m’éclairez sur ce que j’ai fait.

  2. ALICE

    Juste un grand merci aux administrateurs du site, aux conférenciers qui se sont déplacés pour partager leurs réflexions et bien sûr nous restons en ligne pour la suite des évènements.

Répondre à Alix Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>