août 17

4- Ce que c’est que prendre un risque technique.

Si le risque zéro n’existe pas quand on parle de technique et s’il est donc primordial d’évaluer le risque qui est pris, encore faut-il réfléchir à la définition du risque et au calcul dont il semble devoir être l’objet. Une brève analyse de la manière dont nous prenons habituellement des risques permettra alors de dégager les éléments clefs de ce que c’est que prendre un risque et l’attitude qu’il conviendrait alors d’adopter.

 

 

 

En savoir plus »

juil 12

3- Confiance, angoisse et peur face à la technique : le problème.

Pourquoi une centrale nucléaire ? De la promesse de bonheur à l’angoisse…

 

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus »

juin 08

I comme Idéologie

 

« Idéologie » ou comment disqualifier un adversaire.

Le bon usage : traiter quelqu’un d’idéologue, ou l’accuser d’être dans l’idéologie, c’est toujours une manière de le renvoyer au ‘ciel des idées’ par opposition au « réel ». Celui qui énonce une telle accusation se positionne toujours implicitement ‘dans le réel’ d’où il peut apercevoir son pathétique adversaire noyé dans les nuées des illusions et les brumes de la rêverie. On se perd par principe dans l’idéologie, consciemment ou non et seul le malveillant (ou charitable) adversaire peut nous ramener au réel. En savoir plus »

mai 29

Proudhon et les élections : fausses promesses et exigences.

 

 

Nos principes !

De tout temps les hommes qui, pour arriver au pouvoir, ont recherché le suffrage populaire, ont abusé les masses par de prétendues déclarations de principes qui, dans le fond, n’ont jamais été que des déclarations de promesses !

En savoir plus »

mai 08

Sartre : la honte

L’invisibilité pour échapper au regard de l’autre. L’expérience de la honte offre, d’après Sartre, une illustration de ce que notre rapport à autrui peut être  dans certaines circonstances. La honte est honte de soi, mais  devant une autre conscience. En savoir plus »

mai 08

Schopenhauer : l’insatiabilité des désirs.

 

Défendant une philosophie pessimiste, Schopenhauer affirme haut et fort notre impossibilité d’être heureux, impossibilité qui tient à la nature même de l’homme. En savoir plus »

mai 08

Descartes : changer mes désirs plutôt que l’ordre du monde

Changer mes désirs plutôt que l’ordre du monde. S’inspirant du stoïcisme (dont Epictète est un éminent représentant) Descartes fait référence ici au désir de voler ou encore au désir d’immortalité. En savoir plus »

mai 08

Devenir et mourir

Devenir et mourir.

Qui suis-je ? Ni le même qu’hier, ni le même que demain. Nous pouvons vivre dans l’illusion réconfortante d’un « moi » toujours identique à lui-même. Mais il n’y a guère que le mot qui ne change pas. Tout le reste devient. Regardez-vous sur une photo et mesurez l’écart avec votre réalité présente. Les aléas du temps imposent leurs marques si profondément dans la chair qu’ils nous changent intégralement. En savoir plus »

mai 08

Epictète : ne pas désirer ce qui ne dépend pas de nous !

Ne pas désirer ce qui ne dépend pas de nous ! Opérant une distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous, Epictète nous convie à ne désirer et à ne placer notre bonheur que dans ce qui nous est propre. Désirer voler, désirer l’invisibilité c’est se laisser emporter par des désirs dont la réalisation est impossible. En savoir plus »

mai 08

Platon : jouir sans entraves

Jouir sans entraves. Un seul mot d’ordre ; le plaisir ! Calliclès, contre Socrate, défend l’idée que la tempérance (le fait de modérer et de mesurer notre rapport à nos désirs) est présentée comme une vertu par les faibles, par ceux qui n’ont pas la puissance suffisante pour agir comme ils le souhaiteraient.

En savoir plus »

Articles plus anciens «

» Articles plus récents